Le couple à l’école du pardon

Comment faire pour te pardonner ?

Le père Caffarel, fondateur des Equipes Notre-Dame, nous donne des pistes précieuses pour entamer ce chemin de pardon :
  • Ne pas se résigner à la mésentente : « l’amour de Dieu tire parti des limites et du mal de l’amour humain pour amener à soi les époux et, en même temps, guérir l’amour…»
  • Faire un effort de lucidité (c’est l’examen de conscience)
  • Exorciser l’illusion d’un bonheur parfait. «Changer de regard, abandonner le regard critique pour adopter le regard d’amour.»
  • Travailler au bonheur du conjoint. Discerner dans ce qu’il est et ce qu’il fait ce qui mérite votre admiration et sachez-le lui traduire.

Mais comment faire concrètement ?

Aux équipes Notre Dame nous avons ce que nous appelons les Points Concrets d’Effort. Ces PCE sont pour nous une sorte de règle de vie, pour nous aider à progresser dans notre vie spirituelle en couple. Nous allons voir qu’ils sont une aide aussi pour le pardon :

Lecture de la Parole de Dieu

1. Commençons peut-être par la lecture de la parole de Dieu et en particulier de l’Evangile. En méditant les attitudes de Jésus, en regardant les attitudes blessantes, offensantes, mal ajustées des interlocuteurs de Jésus, et sa façon de réagir, nous serons dans de bonnes dispositions pour accepter une demande de pardon ou l’initier.
Ainsi la lecture de la Parole est le premier moyen de s’ouvrir à la démarche de pardon.

La prière personnelle

2. Nous pouvons poursuivre par le second moyen qu’est la prière personnelle. Petit à petit la prière se met en place dans notre vie, nous savons combien c’est un combat pour être chaque jour au rendez-vous avec notre Seigneur. Toutefois je peux-dire qu’elle façonne notre cœur jour après jour. Discerner les attitudes qui ont pu offenser mon conjoint, confier au Seigneur les résolutions que j’ai prises, demander l’aide du Seigneur pour accepter une demande de pardon. Je vois aussi combien le Seigneur te transforme, me transforme jour après jour, et l’oraison y est sûrement pour quelque chose !
C’est le deuxième moyen favorisant la réconciliation.

La prière conjugale

3. Il y a un moment de la journée qui pour nous est aussi important c’est lorsque nous nous retrouvons pour un temps de prière ensemble. Ce temps-là nous l’appelons la prière conjugale, Nous avons fait l’expérience plusieurs fois d’une demande de pardon pendant cette prière, c’est le troisième moyen.

Le devoir de s'asseoir

4. Au cours du mois nous avons l’habitude aux équipes Notre Dame de faire un Devoir de S’Asseoir (DSA) : nous démarrons par une prière pour écouter et regarder l’autre, avec le regard d’amour de Dieu et poursuivons par un long temps de discussion ensemble pour faire le point sur notre vie et nos projets. C’est un temps propice pour se parler en vérité, pour oser dire nos besoins et oser exprimer notre demande de pardon et donner un pardon.
C’est le quatrième moyen.

La règle de vie

5. Ce Devoir de S’Asseoir mensuel nous permet d’envisager des pistes de progrès pour mieux aimer l’autre, il nous amène à prendre des petites résolutions que nous appelons règle de vie. C’est la pédagogie des tout petits pas avec une règle de vie petite, précise, possible, concrète qui nous permet de corriger nos attitudes notamment après une demande de pardon.
Cette règle de vie est le cinquième moyen pour une démarche de pardon et de réconciliation durable.

La surabondance d’amour exigée par le pardon est au-dessus des forces humaines, mais pas au-dessus des forces de Dieu. Les époux doivent se rappeler la fidélité de Celui qui s’est engagé avec eux le jour de leur mariage : « Si le Seigneur ne bâtit la maison, les bâtisseurs travaillent en vain » (Psaume 127, 1). Leur amour ne peut leur apporter le salut, mais il est le sacrement d’un autre Amour, qui lui seul, offre le vrai salut.

6 clefs pour pouvoir se pardonner

  1. Se pardonner d’abord à soi-même et peut être travailler à cicatriser des blessures de sa propre histoire.
    Ce n’est ni le plus évident, ni le plus facile mais c’est tout simplement indispensable. Trop souvent nous ruminons regrets et remords : nous nous en voulons de n’avoir pas été à la hauteur, d’avoir manqué à notre parole ou d’avoir commis une erreur ou une faute lourde de conséquences.
  2. Ne pas confondre pardon et oubli.
    Le pardon est d’abord un chemin de vérité, donc de mise au jour.
  3. Aider l’autre à reprendre confiance car il n’est pas réduit à ses actes; il/elle est une personne capable d’agir ou d’être autrement. Si les actes sont condamnables, le pardon est un chemin qui permet de ne pas juger, mais de regarder la personne, comme le Christ, au-delà de ses actes. Abandonner le regard critique pour adopter le regard d’amour. Pardonner c’est aussi comprendre les faiblesses de l’autre.
  4. Pardonner prend du temps, cela ne se produit pas dans l’instant, c’est un processus et je décide de prendre le chemin qui va me mener vers le pardon.
  5. Pardonner à temps et à contretemps, il n’est jamais trop tard.
  6. Avoir conscience que pardonner est un chemin de vie et de liberté intérieure.

POUR ALLER PLUS LOIN

Pour aller plus loin, vous pouvez écouter le podcast de l’émission de Catherine et Christophe Bernard avec le père Louis de Raynal sur radioMaria.