L’oraison

L’ oraison

Un point concret d’effort

Pour cheminer vers un but, il faut de la volonté et des actions concrètes, des jalons intermédiaires, des rendez-vous réguliers. C’est ce que font les couples des Equipes Notre-Dame en mettant en œuvre des moyens simples, six actions à réaliser régulièrement, personnellement ou en couple : les points concrets d’effort.

Nous sommes appelés à donner notre temps au Seigneur pour un tête-à-tête avec Lui et vivre de sa présence tout au fond de notre cœur. L’oraison, c’est la prière personnelle. Elle est à double sens :

  • Confier sa vie au Seigneur, ses soucis, ses joies, les rencontres à venir dans la journée,
  • Ecouter le Seigneur, entendre ce qu’Il attend de moi aujourd’hui, au cours de mes rencontres familiales, professionnelles.

 

Dans l’oraison se trouve le secret d’une vie heureuse, féconde, pleine. Nous devons nous alimenter de Dieu par l’Oraison avant de nous lancer dans notre mission apostolique.

Père Henri Caffarel

Cahier d'Oraison

Aller à la rencontre

Il faut imaginer une rencontre avec votre meilleur ami : lorsque cette rencontre est possible, elle devient la priorité, plus rien ne vous retient et vous vous rendez disponible avec joie.

Avec le Seigneur, c’est presque pareil. A la différence majeure qu’il ne force pas la porte de notre cœur : il est présent en permanence, il nous attend. A nous ensuite de choisir d’aller le rencontrer et de lui donner du temps !

Matin, soir, midi, avec l’évangile du jour, ou sans, un quart d’heure ou plus… Chacun a sa méthode. L’important est d’aller à la rencontre.

Tout comme le sport entretient le corps, l’oraison entretient l’âme. La pratique régulière de ce « cœur à cœur avec Dieu » apporte la joie et la paix intérieure.

Témoignages

Les couples témoignent de leur façon de vivre les points concrets d’effort…
Pour moi, le plus difficile a été d’avoir la discipline de choisir une heure et un endroit pour l’oraison. J’ai fait mes premiers essais sans vraie conviction, et sans vraiment prendre le temps. Il n’en découla ainsi que de la frustration. Lors d’une réunion d’équipe, notre conseiller spirituel nous raconta qu’il avait besoin chaque jour de réserver au moins une demi-heure pour rencontrer Dieu. Autrement il ne parvenait pas à gérer sa charge de travail. Notre conseiller est très occupé, sans cesse sollicité, beaucoup plus que moi. Cela me fit donc réfléchir. Je décidai que le meilleur moment pour moi serait le matin et le meilleur endroit devant le Saint Sacrement. Cela ne fut pas facile, certains jours je prie plus tard dans la journée, même si cela me convient moins en raison de ma fatigue. C’est devenu un moment essentiel de ma journée.