Les points concrets d'effort, une cohérence intérieure

Version imprimableVersion imprimable


Les points concrets d'effort ne sont ni arbitraires ni disparates. Ils sont coordonnés dans une pédagogie qui conduit progressivement à un style de vie plus évangélique. Ils ont une cohérence interne, une logique, une intégration réciproque qui définissent précisément cette pédagogie des Équipes.

Relisons le document “Qu'est-ce qu'une Équipe Notre-Dame ?” : L'expérience montre que, sans certains points d'application précis, les orientations de vie risquent fort de rester lettre morte. Aussi les Équipes Notre-Dame proposent-elles à leurs membres :

  • de “s'obliger” sur six points bien déterminés : c'est ce qu'on appelle les “points concrets d’effort”,

  • de solliciter régulièrement le contrôle et l'entraide de l'équipe sur ces points : c'est le “partage” de la réunion mensuelle.


Ces six points sont les suivants :

  • “Écouter” régulièrement la Parole de Dieu.
  • Se ménager chaque jour le temps d'un vrai “tête-à-tête” avec le Seigneur (oraison).
  • Se retrouver chaque jour ensemble, mari et femme, dans une prière conjugale (et si possible familiale).
  • Trouver chaque mois le temps d'un vrai dialogue conjugal, sous le regard du Seigneur (devoir de s'asseoir).
  • Se fixer une “règle de vie” et la revoir chaque mois.
  • Se remettre chaque année en face du Seigneur pour faire le point au cours d'une retraite d'une durée d'au moins 48 heures, vécue si possible en foyer.


Ce n'est pas en vain que nous retrouvons à plusieurs reprises les mêmes expressions : “Régulièrement… chaque jour… chaque mois… chaque année… vrai… avec le Seigneur…”
Ces attitudes constantes que les Équipes souhaitent développer en nous peuvent donc se traduire par :

  • l'assiduité à nous ouvrir à la volonté et à l'amour de Dieu ;
  • la capacité de vivre dans la vérité ;
  • la capacité de rencontrer et d'entrer en communion.


a) L'assiduité à nous ouvrir à la volonté et à l'amour de Dieu

Il n'y a pas de vie spirituelle possible, aussi bien personnelle que de couple, sans une application assidue et régulière des moyens proposés. D'où l'insistance, en chaque point, sur le “régulièrement”, “chaque jour”, “chaque mois”, etc.
Cette assiduité s'applique à l'accueil de la volonté et de l'amour de Dieu. Marie en est un bon modèle pour nous. Elle fut toujours attentive au passage de Dieu dans sa vie. Elle a su écouter et reconnaître le dessein de Dieu sur elle.

Savoir écouter. Cela suppose qu'on fasse taire son moi bavard et omniprésent afin de se rendre réceptif à la Parole de Dieu et à Sa volonté qui se fait connaître à nous par cette Parole, mais aussi par notre conjoint, par les autres, par les événements…

Savoir discerner. La régularité y est aussi requise, cette confrontation permanente de notre vie à la Parole de Dieu. Elle se fait dans l'oraison “quotidienne” dans la lecture “régulière” de la Parole, dans la prière conjugale de “chaque jour”, dans le devoir de s'asseoir de “chaque mois” où nous recherchons le dessein de Dieu sur notre couple, dans la retraite de “chaque année”. Il y a là un appel au don gratuit du temps, notre bien le plus précieux, à Dieu.


Nous sommes invités à venir à lui, non pas lorsque nous en avons envie, mais chaque jour.


b) La capacité de vivre dans la vérité

Seconde attitude à développer : celle de prendre conscience de nous-même, d'assumer notre vérité et de construire à partir d'elle et non dans le rêve, l'évasion, l'aliénation ou le mensonge.
C'est l'utilité de la “règle de vie” à adopter et à réviser périodiquement. Pour la déterminer, il importe de se connaître en vérité avec ses forces et ses faiblesses, ses blessures et ses grâces.
Les autres peuvent nous aider dans ce choix : ils nous voient souvent mieux que nous qui avons tendance à nous aveugler sur nous-mêmes. Mais comme un chemin spirituel n'est pas une avancée linéaire et qu'il nous faut repartir sans cesse, nous aurons besoin de réviser cette règle de temps à autre.

Pour vivre dans la vérité, on nous demande aussi que la prière soit une “vraie” rencontre et non pas une projection de nous-mêmes ; que la prière conjugale soit une communion authentique entre mari et femme et tous deux avec Dieu ; que le devoir de s'asseoir soit un “véritable” dialogue et non un affrontement masquéou une manipulation de l'autre.
Comme le dit le Christ en Saint Jean : “Celui qui fait la vérité vient à la lumière” (Jn 3, 21).


c) La capacité de rencontrer et d'entrer en communion

Vivre la rencontre et la communion demande tout un apprentissage : il s'agit de se décentrer de soi-même pour se tourner en vérité vers les autres et vers l'Autre. Laisser l'autre être lui-même, l'accueillir tel qu'il est. Lui donner, non pas ce que nous voulons lui donner, mais ce dont il a besoin.
Tous les points concrets d'effort tendent vers cette rencontre.
Rencontre avec le Seigneur dans la prière, dans l'écoute de la Parole de Dieu – mais aussi dans l'accueil des autres et des événements – pour Le laisser être Lui-même en nous, nous aimer, nous parler, nous transformer.
Rencontre entre mari et femme. “Ensemble”, c'est-à-dire pas juxtaposés l'un à l'autre, pas opposés non plus, encore moins absents. Le mot “ensemble” signifie un effort commun : un homme et une femme essaient de se rencontrer et d'accueillir le Christ dans leur couple, chacun avec sa propre personnalité, mais aidé par l'autre. La prière conjugale conduit ainsi à la communion.
Il en est de même pour le devoir de s'asseoir : dialogue “conjugal” et non monologues juxtaposés. Prendre le “temps nécessaire” pour qu'une vraie rencontre ait lieu.
Ces rencontres nous préparent à vivre dans un climat de communion et d'échange au sein de l'Église et de la société.

En résumé, les points concrets d'effort tendent à façonner en nous et dans notre couple des attitudes de vie imprégnées de l'Évangile. Ils ont été choisis pour favoriser la rencontre de chaque membre du couple avec le Christ : ensemble, ou individuellement avec l’aide de l’autre. Ils présentent une cohérence interne dont nous venons de dégager les trois lignes de force. Les points concrets d'effort nous engagent sur un chemin de conversion qui mène à la construction d'un couple qui vit du Christ.

Retour