Frédéric et Amélie Ozanam

Version imprimableVersion imprimable

Fêté le 9 septembre - Enflammés de charité


Frédéric Ozanam, fondateur des Conférences Saint-Vincent-de-Paul, défenseur de l’Eglise, précurseur de la doctrine sociale de l’Eglise, est plus connu que son épouse Amélie. Pourtant leur mariage les a conduits à une charité toujours plus grande, leur amour mutuel les a grandis tous les deux. Le frère de Frédéric qui les maria a cette phrase prophétique : « Elle est grande, elle est sublime, pieux époux, la mission que Dieu vous confie ! »
 
Un amour passionné
Dans sa correspondance, Frédéric laisse éclater son amour pour sa femme et il tient à témoigner de ce bonheur : « Je me laisse être heureux, je ne compte plus les moments ni les heures, le cours du temps n’est plus pour moi, que m’importe l’avenir ? Le bonheur dans le présent, c’est l’éternité, je comprends le Ciel ». Le 23 de chaque mois, il offre un bouquet pour fêter leur anniversaire de mariage. Même avant sa mort, il envoie cueillir une branche de myrte pour sa femme.
 
Foyer enflammé d’Amour du prochain et de Dieu
Malgré les difficultés économiques, la maladie de Frédéric, les fausses couches, le foyer rayonne… A 20 ans, Frédéric fonde les conférences saint Vincent de Paul et tous les dimanches, il rend visite aux familles pauvres. Les Ozanam versent le dixième de leurs revenus aux pauvres. Amélie est quêteuse pour la société fondée par son mari et s’engage dans l’œuvre du Bon Pasteur qui tente de tirer les jeunes filles de la prostitution. Belle fécondité pour ce couple que l’amour réciproque et le soutien mutuel n’ont pas rendu sourd aux détresses des pauvres et des indigents.
En semaine, le couple va à la messe à la chapelle des Carmes à Paris où le bienheureux Frédéric Ozanam repose. Ils prient et vivent des sacrements, lisent l’Ecriture Sainte. Frédéric se fait un fervent défenseur de l’Eglise : « Chrétien, je me fais gloire de n’appartenir à aucune école qu’à celle de la vérité qui est l’Eglise ». Frédéric est un professeur engagé et réunit autour de lui des étudiants catholiques pour défendre leur foi. Lacordaire dit de lui : « Nul chrétien en France et de notre temps n’aima davantage l’Eglise ».
Frédéric Ozanam - apôtre enflammé d’amour pour sa femme, pour l’Eglise, avec des idées neuves notamment politiques (« faisons-nous socialistes nous-mêmes mais à la Lumière de l’Evangile ») est depuis août 1997 (à l’occasion des J.M.J) un bienheureux qui nous est donné pour exemple… Une vie de foi en couple dans le dévouement des autres et de l’Eglise - des amoureux accomplis entre spirituel et sentiments.
Cette vie sainte peut être résumée par le professeur Didier Ozanam (descendant de Frédéric) : « Dans la prière, dans la lecture de l’Ecriture Sainte, dans l’amour de sa femme, il trouve le réconfort et la force qui le conduit peu à peu à se dépouiller de ses attaches terrestres, à offrir ses souffrances et à s’abandonner entièrement à la volonté de Dieu ».

Pour aller plus loin :

Fréderic Ozanam, l'homme d'une promesse par Renaud de Dinechin, Charles Mercier, Luc Dubrulle