Le devoir de s'asseoir

Version imprimableVersion imprimableVersion PDFVersion PDF

  

Quand on chemine, a fortiori à deux, il est fortement recommandé de faire un point régulièrement, pour s’assurer que l’on est dans la bonne direction, que les options prises et les ajustements à apporter sont bien partagés. Aux Equipes Notre-Dame, cela s’appelle le devoir (ou le plaisir) de s’asseoir.

 
 
Le devoir de s’asseoir est un temps particulier, au moins chaque mois, dédié à un échange avec son conjoint sur les questions essentielles de notre vie, un tête à tête pour souffler, pour se poser, pour se regarder, pour s’écouter.
 
Nous échangeons bien sûr en couple très souvent dans la semaine. Mais si nous réfléchissons bien, avons-nous un seul moment dédié spécifiquement à cela dans nos agendas surchargés, sans que la télévision ou l’ordinateur ne soit allumé ? 
 
L’échange commence par une prière, pour placer ce temps sous le regard de Dieu. Cette étape est indispensable pour aller à l’essentiel avec humilité !
Ensuite, nous faisons un point sur notre vie de couple. Chacun écoute son conjoint s’exprimer. Le « je » (« j’ai été heureux(se) de… ou j’ai été blessé(e) par… » est utilisé de prérence au « tu » (« tu n’as pas fait ceci… »), pour faire part de son ressenti sans accuser.
 
Quelques sujets sensibles peuvent occuper l’essentiel de l’échange. Nous nous efforçons de les aborder avec tact et respect de l’autre.
Nous pouvons également réaliser un tour d’horizon plus large :
  • sur soi-même, sur nous deux (la qualité de notre relation de couple, de notre relation personnelle à Dieu, nos efforts, nos progrès, nos faiblesses, nos difficultés,…)
  • nos enfants (leur éducation, leur santé, leur caractère, leurs progrès, leurs difficultés,…)
  • notre famille (nos parents, petits-enfants, proches âgés, souffrants…), nos amis…
  • notre vie professionnelle (nos inquiétudes, nos joies, nos déceptions, nos collègues, les décisions à venir…)
  • nos engagements (actions, moyens, objectifs, durée, joies, peines,…)
 
Les priorités de notre vie doivent être clairement définies : faisons le point sur le temps consacré à la vie de famille depuis quelques mois. N’est-il pas le moment de prévoir un week-end en couple sans enfants pour se retrouver ? Ou alors d’organiser une activité pour tel enfant qui a du mal à trouver sa place dans la fratrie ?
           
Le devoir de s’asseoir, pratiqué régulièrement, contribue à prendre conscience d’éventuelles dérives de notre relation de couple et à procéder aux ajustements nécessaires. Il est un jalon important dans notre vie de couple.